dimanche 31 mai 2020

« Aime-toi comme si ta vie en dépendait...parce c'est le cas », la magnifique histoire d'Anita Moorjani

NDE, EMI, expérience de mort imminente, amour de soi, acceptation de soi, énergie vitale, cancer, guérison miraculeuse, guérison spontanée, cette énergie qui guérit


L'histoire d'une expérience de mort imminente?


Non, pas seulement.

Je vous en parlerai souvent dans mes articles, alors autant vous raconter brièvement l'histoire de cette femme lumineuse, généreuse et touchante, devenue auteure, consultante et conférencière.

Anita Moorjani est née à Singapour, de parents indiens, mais elle a vécu principalement à Hong Kong. Atteinte d'un cancer lymphatique de stade IV (terminal), elle plonge dans le coma le 2 février 2006. Le constat des médecins est sans appel : ses organes lâchent les uns après les autres, il ne lui reste plus que quelques heures avant que la mort ne l'emporte définitivement. Pour le plus grand malheur de son mari, présent à son chevet dans un grand hôpital de Hong Kong, et de sa famille vivant en Inde.

Pendant le coma, Anita vit ce qu'on appelle une expérience de mort imminente (EMI ou NDE en anglais pour « Near Death Experience »). Elle voit de l'extérieur son corps malade prostré sur le lit d'hôpital et elle baigne dans une ambiance d'un amour jusque-là jamais connu, absolu, dans une autre dimension. Elle se sent merveilleusement bien. Elle voit son frère, situé en Inde à ce moment-là, apprendre la nouvelle et se précipiter pour prendre l'avion et venir à son chevet. Et elle rencontre notamment son papa et sa meilleure amie, décédés auparavant tous les deux d'un cancer.

Anita raconte avoir été consciente à ce moment-là qu'on lui laisse le choix : partir ou retourner dans sa vie. Pour chacune des deux hypothèses, elle voit également les conséquences de son choix. Elle comprend par exemple que la mission de vie de son mari est intimement liée à la sienne ; et que si elle n'y retourne pas, il ne pourra pas la réaliser et la suivra dans l'au-delà assez rapidement. C'est entre autres cet élément qui l'amène à choisir le retour même si cette décision semble beaucoup plus difficile que celle de continuer plus loin, dans cette autre dimension si magnifique.

Anita sait également, avant de faire son choix, que si elle décide de retourner dans son corps, il guérira. C'est ce qui arrivera.

Mais avant de revenir, elle entend son papa lui dire :


« Et cette fois, vis ta vie sans peur ».


Vivre sans peur 

Ainsi, contre toute attente, elle se réveille du coma et guérit. En quelques semaines, les tumeurs ayant la taille d'un citron chacune, diminuent de 80% avant de disparaître totalement. Ses graves lésions cutanées qui nécessitaient l'intervention d'un chirurgien-plasticien, guérissent également toutes seules.Les médecins ne comprennent pas ce qui lui arrive et lui font un tas d'examens pour chercher où est passé ce cancer... Heureusement pour elle et pour ses proches, il avait disparu pour de bon. Son médecin jette son dossier à la poubelle en haussant les épaules et en disant qu'il n'a aucune explication rationnelle concernant ce qui lui arrive. Il accepte tout de même de témoigner notamment pour indiquer qu'il ne s'agit pas d'une arnaqueuse et qu'elle aurait dû vraiment mourir en raison du stade avancé de son cancer, selon la science.

Par la suite, elle partage son histoire mais les attaques dont elle fait l'objet lui font prendre conscience qu'elle n'est pas encore prête. Elle le refait quelques années plus tard, et cette fois c'est Dr Wayne Dyer (décédé en 2015) qui découvre son histoire, la prend par la main et lui permet d'intégrer la maison d'édition Hay House aux Etats-Unis d'Amérique.

Son premier livre « Diagnostic incurable mais revenue guérie à la suite d'une NDE » devient un best-seller du New York Times. Il retrace l'histoire de sa vie, depuis l'enfance jusqu'à aujourd'hui, et notamment le harcèlement dont elle fait l'objet en tant que jeune fille à la peau mate dans une école britannique à Hong Kong. Ou l'obligation de soumission qui pèse sur elle en tant que femme du fait de la culture indienne dans laquelle sa famille l'élève. Elle y décrit également les raisons de sa maladie qu'elle a comprises pendant l'EMI, à savoir principalement le fait d'avoir vécu dans la peur ainsi que dans le rejet et le désamour d'elle-même.

Son deuxième livre s'appelle « Et si c'était ça le paradis ? » et détaille des conseils d'Anita pour mieux vivre, prévenir la maladie ou guérir, préserver son énergie si on est très empathique etc. Elle a conscience que ce titre pourrait en choquer plus d'un mais son idée c'est de dire qu'au-delà des religions, le paradis n'est pas un lieu mais un état de conscience, une façon de vivre sa vie dans l'amour et l'acceptation totaux de soi-même, et en connexion avec sa part invisible (la partie cachée de l'iceberg), à savoir son moi ou sa conscience supérieure.

Les croyances limitante, source de souffrance et de maladies

Dans ce second livre, elle pointe du doigt des croyances erronées, présentes dans notre société/culture/éducation qui nous font beaucoup de mal et nous empêchent de vivre pleinement la beauté que la vie ici-bas peut nous offrir. Une fois qu'on enlève ces couches de croyances et de mythes, nous retrouvons un état d'esprit libre nous permettant de nous accepter et de nous aimer pour de vrai.

Une précision essentielle : pour avoir lu ses deux livres, et regardé quasiment toutes les vidéos qu'elle propose gratuitement chaque semaine sur you tube ou facebook, je peux vous certifier que toutes les informations qu'elle donne dans ses livres, elle les donne également de façon complètement gratuite, dans ses vidéos. C'est une personne d'une générosité, d'une sagesse et d'une gentillesse extraordinaire. Elle souhaite juste apporter aux gens qui s'y intéressent ce que son expérience lui a permis de comprendre sur l'origine des maladies, sur l'incarnation, sur l'amour, et sur plein d'autres sujets passionnants.

Je suis tombée sur une interview avec elle quand j'avais besoin d'un retour à l'essentiel et j'ai enchaîné sur ses livres et vidéos. J'avais déjà lu 5 livres sur les NDE quelques années auparavant, pour vous dire que le sujet m'intéresse de toute façon. Mais là ce n'est pas ce témoignage de NDE qui est le plus important mais les vérités qu'elle en a tirées et qu'elle cherche à transmettre aux gens.

Le message le plus fort d'Anita est le suivant :


« Aimez-vous vous-mêmes comme si votre vie en dépendait...car c'est le cas. »


Pourquoi s'aimer est si important ?

Tout d'abord, parce qu'elle a réalisé qu'on était tous Amour. Quand elle fait l'EMI, elle se retrouve dans la dimension de cette force invisible qui fait vivre tout sur Terre et elle réalise qu'elle est pur Amour, et qu'elle s'exprime à travers nous. Notre énergie vitale vient de cet Amour. Si nous ne aimons pas, si nous nous critiquons et nous nous étouffons, nous ne permettons plus à cette énergie vitale de circuler à travers nous. Ce qui peut provoquer des maladies ou des événements négatifs qu'on aurait pu éviter. Anita a, en effet, compris que toute maladie débutait au niveau énergétique avant de se manifester dans le corps physique.

Ensuite, il faut comprendre que s'aimer soi-même n'est pas égoïste, contrairement à ce qu'on nous apprend dans notre enfance. On ne peut donner aux autres ce qu'on n'a pas appris à se donner à soi-même dans un premier temps. Et puis, avoir un amour et un estime de soi, s'accepter, rayonner, profiter de la vie et des joies qu'elle nous apporte, ne pourra qu'illuminer également tous ceux qui nous entourent.

Prendre soin de sa santé et de son physique ou éprouver de la fierté quand on réussit ne suffit pas. S'aimer vraiment va beaucoup plus loin : c'est s'aimer dans sa globalité, avec ses défauts, sans aucune condition. Il n'y a pas de « j'ai échoué, j'ai été si bête d'essayer, j'ai honte de moi », ou « Je serai bien quand j'aurais perdu 3 kg et trouvé un amoureux », non. Si on ne s'accepte pas avec bienveillance, tel(le) qu'on est, comme si on était son propre meilleur ami ou son parent (vous voyez comment on aime nos enfants?), personne ne le fera pour nous.

Chose très importante: il ne faut pas combattre la peur, d'après elle, il faut seulement aimer et s'aimer davantage. L'amour et la peur étant deux émotions contraires, en nourrissant la première, on diminue automatiquement la seconde.

Et puis pour s'honorer quand on s'aime, on doit savoir « non » quand on a envie de dire « non ». La vie ne nous demande pas de nous sacrifier. Elle nous demande d'être nous-mêmes à chaque instant et de nous respecter dans notre authenticité. A défaut, on subit des pertes d'énergie importantes, et vous l'avez compris, c'est néfaste pour notre santé et pour notre niveau vibratoire et ce qu'il attire dans notre vie. On nous demande de faire nos choix par amour et par envie, et non par peur ou par devoir.

✨✨✨


« Quand je suis née dans ce monde,

Je ne savais qu'aimer, rire et rayonner ma lumière intensément.


Puis en grandissant, les gens m'ont dit d'arrêter de rire:
« Prends la vie au sérieux », ont-ils dit, 
« Si tu veux avancer dans ce monde.»

Alors j'ai arrêté de rire.

Les gens m'ont dit: « Attention à qui tu aimes 
si tu ne veux pas que ton cœur soit brisé. »

Alors j'ai arrêté d'aimer.

Ils ont dit
: «Ne rayonne pas tant car cela 
attire l'attention sur toi .»

Alors j'ai arrêté de rayonner.

Et je suis devenue minuscule.
Je me suis flétrie
Et je suis morte.

Pour apprendre après la mort
Que tout ce qui compte dans la vie
Est d'aimer, rire et rayonner sa lumière intensément ! »

Anita Moorjani, « Et si c'était ça le Paradis ? »


❤❤❤


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Postez votre commentaire